Innovation : voir avec sa langue est désormais possible

Publié le par nicolas lebarbey

vision langue
Les chercheurs développent différents systèmes de vision pour aider les non-voyants à recouvrer la vue. Parmi eux, la "vision linguale", qui consiste à "voir avec sa langue" apparaît comme une technique prometteuse. Craig Lundberg, un soldat britannique de 24 ans devenu aveugle suite à une blessure de guerre, est un des premiers à en bénéficier. Il vient de retrouver une certaine autonomie grâce à ce procédé.

La langue remplace la rétine :


Le dispositif, appelé Brainport, comprend une paire de solaires intégrant une caméra miniature et reliées à un câble se terminant par un capteur "sucette" à placer sur la langue. Un appareil converti les images filmées en impulsions électriques, lesquelles sont envoyées via le câble sur la langue. Les nerfs de celle-ci réagissent et transmettent l'information au cerveau, comme le ferait une rétine. En interprétant l'intensité et la disposition des signaux électriques, le non-voyant recrée mentalement son environnement et peut distinguer des formes en noir et blanc, se déplacer, voire lire des mots. Il visualise des pixels blancs pour les stimulations fortes, des pixels gris pour les stimulations moyennes et des pixels noirs en cas d'absence de stimulation.

Peu de désagréments physiques :

"Je peux ramasser des objets sans hésitation, alors qu'auparavant, je tâtonnais avant d'y parvenir" se réjouit Craig Lundberg. Côté sensations, le jeune homme explique ressentir "la même chose que lorsqu'on lèche une pile de 9 volts ou des bonbons qui pétillent".
Le Brainport représente une avancée primordiale pour les personnes atteintes de cécité. Pour l'heure, l'appareil transmet des impulsions à 400 points sur la langue, mais une version à 4000 points, qui offrirait une plus grande précision de "vision", est à l'étude.

Publié dans Innovation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article